22/02/2005

Deuxième Principe du CDB

ART. 2 CDB : " Au moins une fois par jour ta mère tu appelleras."

18:22 Écrit par bobonnevictim | Lien permanent | Commentaires (36) |  Facebook |

Bobonne et la gratitude.

Je savais qu’on allait pas passer un bon réveillon de Saint Sylvestre, je le savais.

D’abord parce qu’à la soirée organisée par je-sais-plus-qui (" L’année passée on s’est super bien marré, viens avec "), il y avait une ex. Ensuite parce que dans le buffet froid, il y avait des crevettes et aussi parce qu’à Noël, je lui avais acheté une robe de soirée.

Vous allez me dire : l’ex-copine, je comprends, les crevettes, j’imagine à la limite mais que viens faire dans tout ça le cadeau de Noël ?

Simple. Quand on débarque à la soirée, elle remarque toute suite :

  1. Pff, on nous a mis à la table où y a le plus de courant d’airs, où tout le monde va passer pour aller aux toilettes et sûrement qu’on sera les derniers à se rendre au buffet. "
  2. Ya ton ex, keskelfoulà ? "
  3. Oh, non ! Ya une pouf ka la même robe que moi ! "

Pas de chance, sur les 200 filles de la soirée, une jeune fille a effectivement exactement la même robe noire, dos nu et coupe fendue que Bobonne et comble de tout, il faut avouer … qu’elle lui va mieux.

Résultat, Bobonne ne veut pas quitter son derrière de ça chaise, refuse qu’on voit qu’elle a la même robe qu’une autre, m’envoie trois fois au buffet rechercher des tomates crevettes (" Ya ke ça ka l’air bon ! ").

Alors que la soirée commence, Bobonne ne veut toujours pas bouger.

Moi : " Mais enfin, qu’est-ce que tu veux que qui que soit s’en rende compte, on ne voit rien sous les strobos et bientôt tout le monde sera ivre ? "

Elle :" Tu ris, on ne voit que ça et j’ai pas envie de me prendre la gêne ! ").

Je vais prendre des verres au bar, je traîne un peu pour reculer le moment où je vais devoir affronter la mauvaise humeur de Bobonne. Pas de chance, mon ex me croise et me souhaite la bonne année.

Elle : " Sympa, me laisser plantée là pour aller draguer ton ex … "

Moi : "  Tu es ridicule "

Elle : "  Ramène-moi à la maison, comme ça je pourrais me changer. "

Moi : "  M’enfin, on va quand même pas se taper le chemin de la maison le soir du nouvel an simplement pour que tu puisses te changer ! ! ! ? ? ? "

Elle : " On rentre à la maison. J’ai envie de passer une bonne soirée, tu peux faire ça pour moi au moins ? "

Moi : " Bon, ça va ! "

Jour de l’An, une heure moins dix, je reprends le volant. Deux carrefours plus loin, une heure moins deux, barrage de flics :

Keuf : " Bonsoir Monsieur, papiers du véhicule silvouplé. Avez-vous consommé des boissons alcoolisées ou des stupéfiants ? "

Moi :  (Jouant la carte de l’honnêteté) " Je suis stupéfait que vous me posiez la question. Malheureusement oui j’ai consommé des boissons alcoolisées au cours de cette soirée. "

Keuf : (Compatissant) " Madame a sûrement son permis, peut-être serait-il plus sage de lui laisser le volant ? "

Et c’est à ce moment là que Bobonne a émis un sonore "BEUARKEBEUARKBEUHEU" tout en vomissant ses 8 tomates crevettes du réveillon, en partie sur le tableau de bord.

Résultat :

Moi : 0,9 grammes /L d’alcool dans le sang – une amende – une séance nettoyage à 2h du mat’ de l’intérieur de ma voiture en essayant de réprimer mes nausées incessantes avec en prime une odeur de vomi pendant deux mois à chaque fois que je branchais la ventilation.

Elle : une intoxication alimentaire due à des crevettes préparées un peu trop longtemps à l’avance.

Elle, pleine de gratitude : " L’année prochaine, c’est moi qui choisi où on sort pour le Nouvel An "

Note : A aucun moment Bobonne n’a sembler se rappeler que sa robe était un cadeau et que ça me faisait plaisir qu’elle la porte.




18:10 Écrit par bobonnevictim | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

20/02/2005

Bobonne et ton GSM.

Tu pensais que ton téléphone portable, ton " G " était TA propriété ? Erreur !

ART. 18 CDB : " Tout ce qui est à votre Jules est à vous aussi ".

Donc, partant de ce principe, libre à elle de regarder, fouiner, chipoter, tripatouiller ton téléphone pour :

  • savoir qui t’a appelé pendant 8 minutes tel jour au boulot
  • savoir qui t’envoie x sms par semaine
  • pourquoi il y a autant de numéros de filles dans ton répertoire
  • pourquoi tu conserves en mémoire des messages autres que les siens

16:02 Écrit par bobonnevictim | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Les question de Bobonne qui tuent.

- " Tu peux venir une minute… ? " (Sans préciser l’objet de sa question, se moquant éperdument que tu sois occupé ou non et surtout ne tolérant pas d’attendre ton bon vouloir).

- " A quoi tu penses ? " ("A rien" n'étant pas une réponse satisfaisante).

- " Tu peux me faire un plaisir ? " (Obligé de dire oui avant de savoir quoi et impossible de refuser après !)

- " Tu trouves que je suis trop grosse ? " (No comment !)

- " Combien de partenaires as-tu eu avant moi ? " (Ne JAMAIS répondre !)

- " Tu m'as déjà trompée ? "

- " Il ne serait pas l'heure de manger ? "

 

13:50 Écrit par bobonnevictim | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

19/02/2005

DVD, vidéos et home-cinéma.

Tu te sentiras seul, très seul … Explications.

Soirée DVD. Installés devant sur le canapé, Bobonne regarde le début avec toi. Si par malheur dans les douze premières minutes ça ne lui plaît pas, inévitablement, tu seras confronté à son désintéressement le plus complet :

  • " Pas terrible ton film " (‘ton’ film alors que bien souvent tu l’as choisi pour elle ou avec elle.
  • " Y s’passe rien … "
  • " T’a quoi d’aut’ comm’ bon film ? "
  • " On va se coucher ?" (à traduire par " dormir ")

Par contre si le film lui plaît :

  • " Et c’est qui lui ? "
  • " Et pourquoi il a dit ça ? "
  • " C’est sa femme celle-là ? "
  • " Et qu’est-ce qui va se passer ? "
  • " Moi je suis sûre que c’est lui le tueur "
  • " Tu va me chercher un coca ? "
  • " T’as pas envie d’une glace ? "
  • " J’ai froid mes pieds, tu va chercher la couverture ? "

… ce qui ne va sûrement pas manquer de t’énerver.

Arrive ensuite la deuxième phase de Bobonne, celle de l’assoupissement … … … zZz zZz … … … et là tu n’y a pas fait attention mais elle s’est endormie dans le canapé. Tu regardes l’heure, on en est à 19 minutes. Alors tu profites pour regarder le film à ton aise. Note : il est important d’avoir investi dans un canapé confortable, ce qui permet de prolonger sensiblement la phase deux de Bobonne, en clair des moments précieux de tranquillité, et surtout, lorsqu’elle émergera de son sommeil, il est important de ne pas aggraver son mal de dos (psychosomatique ou non) afin d’éviter qu’elle tire encore plus la gueule.

Malheureusement, cette phase n’est que de courte durée, elle n’excèdera jamais plus de 45 minutes. Tu regardes l’heure, on en est à 64 minutes.

Bobonne s’éveille alors, baille, s’étire, se lève du canapé et sors la phrase qui tue : " Je vais à la salle de bains puis on va se coucher ? Parce que je suis fatiguée " (Là j’ai mis un point d’interrogation mais c’est par pur formalisme, parce qu’en réalité, ce n’est pas une question, … pas vraiment un ordre, mais ça y ressemble furieusement).

Donc si le film t’intéressais, ben … tant pis !

Si par malheur tu propose : " Je te rejoins, il ne reste plus que 24 minutes de film. " Là mon gars, tu cherches les problèmes …

ART. 19 CDB .  " Au lit seule sans votre Jules jamais tu ne seras ".

Laisse moi te dire que contre ça tu n’as aucune chance, alors éteint vite la télé. (" Et convenablement, hein, parce t’imagine pas combien d’incendies arrivent parce qu’on laisse la télé sur stand-by ? ? ? "), tu enfiles ton pyjama et, hop, au lit !

Au cinéma, c’est un peu différent. Une fois sur deux (si tu as de la chance), tu devras te taper la comédie romantico-nunuche du moment et une fois assis dans ton siège, trop loin de l’écran et pas assez centré à ton goût, tu auras droit à :

  • " Tu vas chercher à boire ? "
  • " J’ai envie de pop-corn "
  • " Tu m’as pas pris une glace ? "
  •  …

Il fait tellement sombre et il se passe tellement rien dans ce film que Bobonne s’endort après 17 minutes et ne se réveille pas avant la fin du film. Bref, elle n’as pas vu le film, tu as dépensé 27 EUR (entrées, boissons, pop-corn, glace, trajet) pour te taper un film de merde avec Bobonne qui ronfle à coté de toi. En plus tu risques de devoir te taper le DVD à sa sortie puisqu’elle n’a pas vu ce p*t*in de film !


18:18 Écrit par bobonnevictim | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Les soirées.

Les soirées deviennent quasi inexistantes du fait des conséquences de la " bobonisation ".

  • Bobonne est vite fatiguée et n’aime pas rentrer tard et surtout aller dormir tard : cela perturbe son cycle de sommeil, et quand Bobonne est perturbée, Bobonne est … chiante ! (enfin, encore plus que d’habitude).
  • Bobonne n’aime pas tes amis (d’ailleurs tes amis ‘tolèrent’ Bobonne parce qu’ils t’aiment bien sinon ils ne lui parleraient même pas ; en fait ils ne lui parlent pas, mais ils restent polis)
  • Bobonne ne te laissera jamais sortir seul. ART. 1 CDB : " Toujours avec ton Jules tu seras ".
  • Quand Bobonne estime qu’il est l’heure de rentrer, tu rentres avec elle (tu ne pourras pas ignorer plus de dix minutes ses coups de genoux sous la table sous peine d’un épanchement de synovie)
  • Bobonne ne conduit jamais la nuit parce qu’elle s’endort au volant. Donc pas question qu’elle fasse la BOBette, de toutes façon elle ne supporte pas que tu boives.

Donc forcément tes amis ne t’invitent plus vu que tu dois décliner la plupart de leurs invitations et lorsque par miracle tu est présent à une fête, tu pars le premier à 22h30, tut te sens obligé de moins trinquer parce que Bobonne t’a à l’œil, dès qu’une fille vient te parler, elle ne reste pas plus d’une ou deux minutes parce que le regard de Bobonne est insoutenable, et lorsqu’on te pose des questions, Bobonne se sent obligée de répondre à ta place.


17:41 Écrit par bobonnevictim | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Les poubelles et le tri des déchets

Bobonne n’aime pas trier. ART. 21 CDB : "  Une " crasse " est une " crasse " alors ça " vole au bac ".

Alors que tu t’es efforcé d’installer des poubelles différentes (une pour les sacs payants, une pour les PMC, une pour les verres et une caisse pour les papiers-cartons), Bobonne s’évertue à tout taper " è bac ". Surtout les sacs plastiques des grandes surfaces le jour des courses.

Tu as beau lui expliquer le prix d’un sac payant, mais la théorie de Bobonne est que puisqu’elle paye le sac, autant qu’il soit plein le jour hebdomadaire du ramassage.


17:22 Écrit par bobonnevictim | Lien permanent | Commentaires (30) |  Facebook |