03/03/2005

Le Code Des Bobonnes (CDB).

Hélas, je n’ai pas eu accès au manuscrit original. Néanmoins je suis en mesure de vous livrer les articles principaux et les plus importants :

ART.01. : " Toujours avec ton Jules tu seras "

ART.02. : " Ton habitation comme un sou neuf tu conserveras "

ART.03. : " Ton Jules par les couilles tu tiendras "

ART.04. : " Au moins une fois par jour ta mère tu appelleras "

ART.17. : " Au plus que t’en mets, au mieux que ça marche "

ART.18. : " Tout ce qui est à votre Jules est à vous aussi ".

ART.19. : " Au lit seule sans votre Jules jamais tu ne seras ".

ART.20. : " La nuit, le chauffage dans la chambre tu couperas ".

ART.21. : " Une " crasse " est une " crasse " alors ça " vole au bac " 

ART.22. : " Tout ce avec quoi votre Jules passe du temps tu détesteras "

ART.23. : " Un nombre incroyable de chaussures et de sacs à main du posséderas "

ART.24. : " Tous tes habits tu conserveras "


13:17 Écrit par bobonnevictim | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

J'en arrive à penser... J'en arrive à penser que le langage est un grand malheur
pour les hommes.
Le regard, les rires et les pleurs doivent suffire.
À Natacha et à moi ils ont suffi.
Avec mes yeux, je l'ai entendue, avec mon coeur et ma respiration,
je l'ai regardée, avec mes mains je l'ai aimée.
Avec ma peau elle m'a sentie.
Jamais nous ne nous sommes dit "Je suis gaie, moi aussi."
Mais j'ai chanté, elle a dansé. Elle a crié, je l'ai bercée.
J'étais de mauvais poil, elle s'écartait.
Oh non, on ne s'est pas toujours compris, loin de là.
Mais toujours, nous avons été à l'abri des tricheries,
des mensonges, des oublis et des distorsions du langage.
On se comprenait ou pas, mais on ne risquait pas de se mal comprendre, d'interprêter.
Nous n'avions pas de langage parlé, et c'était bien, une richesse..."

Extrait du livre "Parle-moi... j'ai des choses à te dire"
de Jacques Salomé.

Écrit par : mOTSaRT | 04/03/2005

proutaterre a force de péter par terre, t'as le cerveau dans le derrière

Écrit par : quinne | 07/03/2005

se remettre en question remets toi la moule à zéro sinon tu vas péter une lèvre !

Écrit par : quinne | 11/03/2005

CDB la suite Tu peux ajouter (en vertu du post précédent) : "Ton gendre tu pourriras"
PS : A ta place je ferais voler au bac les 2 premiers commentaires sur ce post. Tu ne vas pas laisser une bobonne pourrir ton blog ?

Écrit par : iznogoud75 | 14/03/2005

mettez y le n° que vous voulez Quand elle se bouge c'est pour se mettre mieux

Écrit par : chris | 15/03/2005

et non ... - Je n'efface pas les com's ... justement cela confirme d'une certaine manière la théorie (sans rancune 'motsart')
- "La vie de ton gendre tu pourriras" euh oui ... sûrement je ne l'ai pas expérimenté (j'ai pas l'âge d'avoir une fille ado ...)
- "Quand elle se bouge, s'est pour se mettre mieux" : j'adore la phrase, mais je ne trouve pas spécialement que les Bobonnes soient feignantes ...
Il faudrait essayer de classifier les Bobonnes alors, moi j'essaye plutot de leur trouver des points communs.

Écrit par : Bobonnnevictim | 15/03/2005

POINT COMMUN En reprise

Ah justement...
... j'allais te demander pourquoi tu la virais pas.
Parce qu'honnêtement, tu étais largement responsable de la situation.

Une fille, c'est comme un chien, ça s'éduque.
Si t'achètes un chien et que tu le laisses pisser partout,
après c'est lui qui fait la loi.
J'ai entendu parler de maîtres terrorisés par leur chien.
Mais à qui la faute ?
Tu as été faible, tu n'as pas su te faire respecter, tu as payé...
c'est la loi de la jungle.
( Ta prochaine copine va-t-elle ouvrir un blog "SOS femme battue" ?)

http://iznogoud75.skynetblogs.be

Écrit par : POINT COMMUN | 16/03/2005

gendre "La vie de ton gendre tu pourriras"
ça serait étonnant que tu ne l'aies pas expérimenté. Tu as eu une belle-mère Bobonne (la mère de ta Bobonne à toi), et elle t'a certainement pourri, non ?
Je me permets de reproduire ici un post publié dans http://rhadamanthe.skynetblogs.be en date du 12-03-05

Ma belle-mère.

Avez-vous une belle-mère ? Non ? Heureux veinard !
Oui ? Sincères condoléances !
J'en avais une. Elle est décédée il y a deux ans maintenant.
Mais je ne l'oublie pas. Elle hante toujours mes cauchemars.
Pour mettre le binz dans mon ménage, c'était une virtuose émérite.
Même le perroquet (encore une idée géniale "made" belle-maman) s'en souvient,
qui l'imite et me hérisse le poil : "c'est quoi ce bordel !" Je jure ne pas l'avoir bachoté.
Nous eûmes des enfants assez tard après le mariage, ce qui fut prétexte dans
l'intervalle à des interprétations ciblées et des commentaires aigres-doux du genre :
- T'attends que je sois dans mon cercueil ?
- Même dans ce domaine-là, tu es improductif !
- T'aurais pas une cocotte planquée quelque part ?
- Et les médecins ? Y voient pas ? M'étonne pas. Même à la loupe, peuvent pas le voir.
- Ma fille a tout ce qu'il faut. Il n'y a pas de tare chez nous. Par contre, ...
- Pour avoir un enfant, il existe un mode d'emploi. On t'a pas appris ou t'as pas compris !
- Ta femme, c'est pas une garniture. Suffit pas de la regarder comme une bourrique ...
- Faudra finir par utiliser l'éprouvette. Suis pas sure que tu puissses la remplir.
- J'ai fait entrer dans ma famille un chapon. Le pire c'est qu'il chante faux.
- J'avais bien dit à Lucette de se méfier. Elle n'a pas voulu m'écouter, ma pôvre fille !
- Ah, si Marcel vivait encore ?
Oui, c'est la fin de la litanie : "si Marcel vivait encore".
Un joyeux luron, Marcel. Comment a-t-il eu le temps de concevoir sa fille ? Mystère.
Si ma belle-mère s'imaginait ce que je sais, elle me détesterait encore davantage.

Écrit par : iznogoud75 | 20/03/2005

Les commentaires sont fermés.